Un porte-parole de la communauté d’Ouighours dénonce l’attitude la France vis-à-vis des musulmans

Mahmoud Mohamed constate une ressemblance de plus en plus forte avec ce que fait  » la Chine communiste avec les musulmans ouïghours ».

« Je suis affligé par les positions récentes de l’État français à l’encontre des musulmans de France, de ses tentatives de les contraindre à s’assimiler à son modèle idéologique », explique Mahmoud Mohamed, porte-parole de la communauté Ouighours en Turquie, dans un entretien accordé à l’Agence Anadolu, mardi.

Le « porte-parole en langue arabe » de la communauté Ouighours en Turquie tient à faire savoir « son estime et son remerciement concernant la position claire de la France contre les pratiques chinoises au Turkestan oriental ».

Ainsi, pour lui « la défense par la France de la cause du peuple ouïghour est une prise de position noble qui s’accorde aux principes de la Révolution française ».

En revanche, il se dit « affligé par les positions récentes de l’État français à l’encontre des musulmans de France, de ses tentatives de les contraindre à s’assimiler à son modèle idéologique et de son exigence qu’ils abandonnent une partie de leur croyance islamique, à l’image de ce que fait la Chine communiste avec les musulmans ouïghours ».

Selon lui, cette pratique « n’est vraiment pas digne de la France d’avoir une même position que la Chine vis-à-vis de la liberté de religion et des droits de l’homme ».

D’ailleurs il se demande si « la liberté n’est-elle pas un des principes fondamentaux de la Révolution française qui a inspiré tant de peuples dans le monde ? ». Pour lui, il n’y a pas de doutes et « ces nouvelles lois et mesures, cette tentative de prise d’engagement des imams sont en contradiction avec le principe de liberté ».

« L’égalité ne fait-elle pas partie, elle aussi, des principes de la Révolution française ? », se demande Mahmoud Mohamed avant de constater que « la différence de traitement entre les citoyens sur une base de critères religieux est une destruction du principe d’égalité ».

En outre, il fait le même constat avec « la fraternité qui a disparu avec le traitement accordé par l’État français aux musulmans de son territoire ».

– Les musulmans de France sont-ils des citoyens ?

Il s’interroge aussi sur le fait de savoir si « les musulmans de France sont considérés comme des citoyens français, dans la mesure où ils sont soumis à une différence de traitement par rapport aux autres selon des critères religieux ».

« Attention à ne pas adopter une position semblable à celle de la Chine dans le traitement accordé aux citoyens », prévient-il d’ailleurs avec insistance « car une telle ressemblance avec la Chine serait vraiment une destruction de la culture française et une démolition des principes de la Révolution française dont se vante le peuple français jusqu’aujourd’hui ».

Il conclut son message en s’adressant directement aux citoyens français. Il rappelle ainsi cette parole du grand philosophe Jean Jacques Rousseau : « La liberté est une caractéristique essentielle de la nature humaine et elle est inaliénable. Renoncer à sa liberté c’est renoncer à sa qualité d’homme, aux droits de l’humanité et même à ses devoirs. Il n’y a nul dédommagement possible pour quiconque renonce à tout. Une telle renonciation est incompatible avec la nature de l’homme… ».

Ekip – Fatih Karakaya