Paris accuse les autorités maliennes « d’entraves aux capacités opérationnelles » de Barkhane

Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a accusé, lundi au cours d’une interview télévisée, les autorités maliennes « d’entraves aux capacités opérationnelles » de la force Barkhane.

« C’est la junte qui s’isole, qui perd, qui est faillie et qui devra assumer la suite » a-t-il également lancé.

Le ministre des Affaires étrangères s’exprimait alors que la crise bat son plein entre Paris et Bamako depuis plusieurs mois et à deux jours de l’ouverture d’un sommet UA-UE à Bruxelles.

« Si les conditions ne sont plus réunies, ce qui est manifestement le cas, pour qu’on puisse être en mesure d’agir au Mali, on continuera à combattre le terrorisme à côté, avec les pays du Sahel qui sont eux tout à fait demandeurs », a fait savoir Jean-Yves Le Drian.

Il a encore une fois évoqué la présence du groupe russe Wagner au Mali. « Wagner c’est un millier (d’hommes) maintenant » au Mali, avec « pour objectif affiché de protéger la junte », a-t-il affirmé.

Selon lui, les conditions « ne sont plus réunies » pour maintenir l’opération Barkhane au Mali. Il précise, néanmoins, qu’il s’agira pour la France, de réorganiser sa présence au Sahel.

« Le président de la République a souhaité qu’on se réorganise mais on ne part pas (du Sahel). On va se réorganiser pour assurer la poursuite du combat contre le terrorisme » a-t-il conclu.

Fatma Bendhaou AA/Nice/Feïza Ben Mohamed