NOURLINE TAYBI : UNE CHAMPIONNE QUI HONNEUR DEUX PAYS

Interview exclusive: Partie I

Elle vole comme un papillon, elle pique comme une abeille, c’est ainsi que notre correspondant Sidi Mohammed El abbani décrit la championne belgelomarocaine.

Nourline Taybi aujourd’hui nous fait revivre le slogan éternel de la légende Mohammed Ali. Un regarde déterminé d’une tigresse en gage, une force d’une source mystérieuse malagré son jeune âge.Nourline porte plusieurs titres depuis le début de sa carrière sportive.En Juijitsu, elle est championne de Belgique en 2018, Championne d’Europe en 2019, et Championne du monde en 2018. Un vrai exploit en laps de temps

Six combats de boxe en K-1 dont une défaite et un match nul.Cette moissonneuse-batteuse enregistre six combats de boxe en K1, et elle est tellement déterminée sur le ring que souvent son adversaire abandonne le combat…Notre correspondant, El abbani sidi Mohammed a réussi à interviewer exclusivement cette flamme montante et partage avec nos chers lecteurs l’histoire de Nouraline…

L’INTERVIEW

Qui est Nourline Taybi ?
NOURLINE:
Tout d’abord, je vous remercie et je remercie EURAFRICAN PRESS CLUB pour cette rencontre et que à travers la quelle, le publique marocain et le publique belge découvrirons ensemble Nouraline Taybi.
Je suis née Le 28 Novembre 2008, et permettez moi, monsieur el abbani de vous parler un petit peu sur mon enfance, qui fût une periode assez marquante pour moi dès ma naissance.
Tout en étant nouvelle née, la maladie SPINA BIFIDA m’a été diagnostiquée, une maladie orpheline en quelque sorte, une infection rénale mais elle a été traitée directement.
À noter que cette maladie me suit toujours, quotidiennement, mais j’ai toujours refusé pour qu’elle soit un handicap dans ma vie. Donc j’ai trouvé refuge dans le sport, un réconfort en quelque sorte et une façon personnelle de lutter contre quoique ce soit et exprimer le fond de mes pensées.
Comment vous avez découvert les arts martiaux ?

C’est grâce à ma mère que j’ai découvert le monde des arts martiaux.

Elle accompagnait ma grande sœur à un club des arts martiaux, et j’ai assisté aux entraînements, l’ambiance de ce monde magnifique plein de mystère et de défis m’était une découverte très particulière.Malheureusement ma grande sœur n’a pas continué, alors j’ai profité de location en demandant à ma mère de prendre le relais et pratique le Juijitsu Brésilien et la boxe thaïlandaise.

Aujourd’hui, je suis tellement fière que j’ai pu m’imposer dans ce sport et j’ai pu le pratiquer comme tout autre personne, voir mieux.
Sûrement vous avez des exploits ?


Tout d’abord, toute petite, j’ai débuté par le jujitsu Bresilien et la boxe thaï.

Mais la pandémie du Covid m’a forcé de suspendre toute activité sportive, c’est un mal pour un bien, car j’ai dû me diriger vers la boxe dans la quelle j’ai donné tous mes efforts morales et physiques font je me suis très bien concentré. je m’entraînnais cinque à six fois par semaine.

Une fois prête, j’ai commencé les combats de boxe, et mon premier combat fût le 28 mai 2022, malheureusement j’ai perdu, une défaite qui m’était un facteur de motivation, donc j’ai donné donc plus que j’ai déjà donné avant et je me suis mieux préparé pour les prochains combats, donc je n’ai pas lâché et j’ai continué les entraînements sévèrement.

Mon deuxième combat a eu lieu le 18 décembre 2022, c’é 5tgtait ma première victoire par TKO, et puis j’ai enchaîné les combats, puis mon 3 ème combat était un match nul, mon 4 ème combat par une autre victoire au deuxième round, aussi par  TKO, mon  5 ème combat victoire au premier round dont l’adversaire a abandonné la confrontation, mon 6 ème combat est aussi une victoire et il a eu lieu le 7 juillet 2023.


Bien-sure nous allons découvrir encore vos aventures et vos projets la prochaine rencontre comme nous allons vous accompagner aussi, à la salle de vos entraînements.
D’ici là prochaine interview, je vous remercie, au nom de notre rédaction et au nom de nos lecteurs, pour le temps que vous nous avez consacré et je vous remercie encore de nous faire découvrir la championne qui est en vous.

karim

Notre correspondant Journaliste d'investigation Journaliste accrédité par l'Union Européene Journaliste accrédité par le N.A.T.O Bruxelles