L’Union africaine invite les Palestiniens et les Israéliens à la table des négociations

Dans un communiqué publié par le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a souligné la nécessité de mettre fin à l’escalade des tensions entre Palestiniens et Israéliens et de ramener les deux parties à la table des négociations.

Dans un communiqué publié samedi, Mahamat a appelé les Palestiniens et les Israéliens à cesser immédiatement les affrontements et à lancer des discussions afin de protéger la vie des civils.

Mahamat a averti que cette escalade entre la Palestine et Israël pourrait avoir des conséquences désastreuses pour Israël et les Palestiniens ainsi que pour l’ensemble de la région.

Il a, en sens, indiqué que le rejet de la demande des Palestiniens de créer un État indépendant et souverain est la principale raison de la crise.

Mahamat a également appelé la communauté internationale à assumer la responsabilité d’assurer la sécurité des peuples de la région.

Samedi matin, les « Brigades Al-Qassam », la branche armée du mouvement Hamas, ont annoncé le lancement depuis Gaza d’une opération militaire baptisée « Déluge d’Al-Aqsa », « avec une première frappe visant les sites ennemis, les aéroports et les fortifications militaires ».

En réponse, l’armée israélienne a annoncé le lancement de l’opération « Sabres d’acier » contre le Hamas dans la Bande de Gaza, déclarant dans un communiqué, que « ses avions ont commencé à mener des raids dans plusieurs zones de la Bande de Gaza visant des cibles du Hamas ».

Selon le correspondant d’Anadolu, les factions palestiniennes continuent de lancer des salves de roquettes en direction des villes et villages israéliens et ce, depuis samedi matin, tandis que l’armée israélienne continue de lancer ses raids sur différentes zones de la Bande de Gaza.

Ces tirs ont été précédés d’une escalade de la tension en Cisjordanie, notamment dans la ville de Jérusalem, en raison des attaques des colons et des incursions de l’armée israélienne.

Zahir Sofuoğlu *Traduit de l’arabe par Hajer Cherni