L’Union africaine condamne les actes de violence en Afrique du Sud

Des protestations ont éclaté contre l’arrestation de l’ancien Président Jacob Zuma, accusé d’avoir détourné des fonds publics pendant ses neuf années au pouvoir

L’Union africaine (UA) condamne les événements survenus et les actes de violence perpétrés en Afrique du Sud après l’incarcération de l’ancien Président, Jacob Zuma.

Dans un communiqué diffusé, le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mohamed a condamné les événements, les actes de violence, le pillage et la destruction des infrastructures en Afrique du Sud durant lesquels des civils ont perdu la vie.

Mohamed a présenté ses condoléances aux familles des victimes et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Le responsable a appelé à rétablir l’ordre, la paix et la stabilité dans le pays le plus rapidement possible, tout en respectant la primauté du droit.

« Dans le cas échéant, cela risque d’avoir un impact très grave non seulement sur le pays mais sur toute la région », a-t-il insisté.

Jacob Zuma, 79 ans, s’est rendu aux autorités pénitentiaires, mercredi dernier, pour purger une peine de 15 mois de prison qui lui a été infligée pour outrage à la Justice.

Depuis, des protestations ont éclaté contre l’arrestation de l’ancien Président, accusé d’avoir détourné des fonds publics pendant ses neuf années au pouvoir.

Depuis la mise en place d’une commission d’enquête sur la corruption au sein de l’État en 2018, l’ancien Président a intensifié ses efforts pour éviter de témoigner, ce qui a conduit à son incarcération pour outrage à la magistrature.

Adam Abu-bashal * Traduit de l’arabe par Issa Aliou