Libye : Les élections au centre de l’entretien entre l’envoyée de l’ONU et le président de la Commission électorale

Une nouvelle série de discussions aura lieu en Égypte entre des représentants du Parlement de Tobrouk et du Haut Conseil d’État de Tripoli pour convenir des dispositions constitutionnelles nécessaires à la tenue des élections en Libye

La Conseillère spéciale des Nations Unies pour la Libye, Stephanie Williams, a rencontré dimanche Emad El-Sayeh, président de la Commission électorale, et évoqué avec lui les préparatifs pour les élections prévues dans le pays.

Les deux parties ont convenu de fournir un soutien à la Haute Commission électorale nationale de Libye (HNEC) « pour qu’elle soit prête à organiser » les élections, a déclaré la HNEC dans un communiqué.

Williams et El-Sayeh ont fait le point sur la situation concernant le consensus entre les partis libyens sur la tenue des élections dans les meilleurs délais, selon le communiqué.

La Conseillère des Nations Unies a déclaré, vendredi, que des représentants du Parlement de Tobrouk et du Haut Conseil d’État de Tripoli, qui fait office de sénat, participeront le 15 mai à la deuxième série de pourparlers organisés par l’Égypte afin de convenir des dispositions constitutionnelles nécessaires à la tenue des élections.

Le premier cycle de discussions s’est tenu le mois dernier au Caire, la capitale égyptienne, sous les auspices des Nations unies.

Khaled Mechri, président du Haut Conseil d’État, doit se rendre au Caire ce dimanche pour s’entretenir avec des responsables égyptiens, a déclaré un membre du Haut Conseil à l’Agence Anadolu.

La Libye est en proie à de vives tensions depuis que le Parlement a accordé, en mars, sa confiance à un nouveau gouvernement dirigé par Fathi Bashagha, ancien ministre de l’intérieur, tandis que le Premier ministre Abdelhamid Dbeibeh s’obstine à vouloir rester à son poste.

Les Libyens espèrent que les élections, dont la tenue a été retardée, contribueront à mettre fin à des années de conflit armé dans leur pays.

*Traduit de l’Anglais par Mourad Belhaj