Les puissances renouvellent leur engagement de respecter l’embargo sur les armes en Libye

Par GEIR MOULSON

Les pays ayant des intérêts dans la guerre civile en Libye se sont à nouveau engagés dimanche à respecter un embargo sur les armes à peine opérationnel, quatre semaines après qu’un sommet de paix à Berlin a été suivi de nombreuses nouvelles violations des armes, ont déclaré des responsables allemands et onusiens.

L’Allemagne et l’ONU, qui ont co-organisé le sommet de Berlin le 19 janvier, ont réuni des ministres des Affaires étrangères et d’autres responsables d’une douzaine de pays en marge de la Conférence de Munich sur la sécurité pour tenter de renforcer la volonté de couper le soutien militaire extérieur aux belligérants libyens. .

Les pays concernés comprennent les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies, ainsi que l’Italie, la Turquie et les Émirats arabes unis. La réunion de dimanche a officiellement lancé un comité international de suivi sur la Libye. L’Italie coprésidera la prochaine réunion, à Rome en mars.

Lors du sommet de Berlin, les participants ont convenu de respecter l’embargo sur les armes, de suspendre le soutien militaire aux parties belligérantes en Libye et de les pousser à conclure un cessez-le-feu complet. Mais le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que l’accord avait été violé à plusieurs reprises par la poursuite des livraisons d’armes et une escalade des combats.

Dimanche, les participants « ont eu une discussion sur les récentes déplorables violations de l’embargo sur les armes, ont renouvelé leur détermination à contribuer à sa mise en œuvre approfondie et se sont félicités des progrès accomplis en vue d’un contrôle plus efficace de l’embargo », ont déclaré les hôtes allemands et onusiens dans un communiqué.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a déclaré avoir parlé « très ouvertement » des récentes violations.

«Différentes opinions ont été exprimées sur ce que cela signifie, mais tout le monde convient que la voie que nous avons prise – à savoir, pour séparer les parties au conflit de leurs partisans – reste la seule voie prometteuse pour mettre fin à la guerre civile en Libye», a-t-il déclaré. a déclaré aux journalistes.

La Libye est en ébullition depuis 2011, lorsqu’une guerre civile a renversé le dictateur de longue date Moammar Kadhafi, qui a été tué par la suite.

Une administration faible reconnue par l’ONU qui détient maintenant la capitale de Tripoli et certaines parties de l’ouest du pays est soutenue par la Turquie, qui a récemment envoyé des milliers de soldats en Libye, et dans une moindre mesure au Qatar et en Italie ainsi que des milices locales.

De l’autre côté, un gouvernement rival dans l’est du pays soutient le soi-disant général Khalifa Hifter, dont les forces ont lancé une offensive pour capturer Tripoli en avril dernier. Ils sont soutenus par les Émirats arabes unis, l’Égypte, la France et la Russie.

Depuis le sommet de Berlin, les factions militaires libyennes rivales se sont réunies à Genève dans le cadre d’un effort mené par l’ONU pour forger une trêve durable. Une première série de pourparlers s’est terminée sans que les responsables aient signé un accord, mais Maas a déclaré qu’un deuxième cycle commencerait à Genève mardi.

L’ONU prévoit également de tenir la première réunion d’un «forum politique libyen inclusif» à Genève dans 10 jours, mais Stephanie Williams, l’envoyée adjointe des Nations Unies pour la Libye, a déclaré que la situation sur le terrain était «profondément troublante».

Une trêve existante fragile « ne tient que par un fil, avec de nombreuses – plus de 150 violations », a-t-elle déclaré. Un blocus pétrolier par des alliés des forces de Hifter aggrave les difficultés économiques de la Libye.

Mercredi, le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé les conclusions du sommet de Berlin, y compris une feuille de route en 55 points pour mettre fin à la guerre en Libye et a condamné la récente augmentation de la violence dans ce pays nord-africain riche en pétrole.

L’Union européenne, qui discutera lundi de la Libye à Bruxelles, a discuté de la possibilité que des navires de guerre appliquent l’embargo des Nations Unies sur les armes contre la Libye.

Maas a toutefois souligné la nécessité de faire respecter l’embargo sur les armes par mer, air et terre, étant donné que les armes parviennent aux belligérants par différentes voies. Il a déclaré que les navires de l’UE pourraient ne pas être nécessaires en mer Méditerranée « car les routes maritimes, aériennes et terrestres peuvent être surveillées depuis les airs ».

____

De gauche à droite: le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas et le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian arrivent pour une réunion sur la Libye parallèlement à la conférence de Munich sur la sécurité à Munich, Allemagne, dimanche 16 février 2020. (AP Photo / Jens Meyer)