Les cours du pétrole demeurent stables au-dessus de 110 dollars sur fond de crise ukrainienne

Les cours du pétrole brut ont augmenté, demeurant au-dessus des 110 dollars le baril de Brent, en ce vendredi, au terme d’une semaine ponctuée par de fortes fluctuations, en raison de déclarations contradictoires concernant une éventuelle augmentation de la production pétrolière par les pays de l’Alliance OPEP +.

À 08 h 12 GMT, les contrats à terme sur le brut Brent, pour une livraison en mai, se sont négociés à 111,88 dollars le baril, soit une augmentation de 2,33 %, l’équivalent de 2,55 dollars.

Les contrats à terme sur le brut West Texas Intermediate (WTI), pour une livraison en avril, ont augmenté de 1,98 %, soit 2,1 dollars, à 108,12 dollars le baril.

Les cours du brut ont enregistré de fortes hausses cette semaine, à un moment où les États-Unis avaient annoncé une interdiction des importations d’énergie en provenance de Russie.

Cependant, les cours pétroliers avaient fortement baissé lors des échanges du mercredi, dégringolant à plus de 13 % dans la plus forte baisse quotidienne constatée depuis l’effondrement des prix du brut en avril 2020, avec le début de la pandémie de coronavirus. Les déclarations de l’ambassadeur des Émirats arabes unis à Washington, Yousef Al Otaiba, faisant état du soutien des EAU à une augmentation de la production de pétrole par l’Alliance OPEP +, ont semé la confusion sur les marchés de l’énergie.

Le ministre de l’Énergie des Émirats arabes unis, Suhail Al Mazroui, a confirmé, dans la journée du jeudi, l’attachement de son pays au plan prudent de production de l’Alliance OPEP +, contredisant ainsi les déclarations de l’ambassadeur des Émirats à Washington.

Les cours du brut devraient encaisser une perte hebdomadaire d’environ 10 %, tant pour le pétrole Brent, que pour le brut américain WTI.

Depuis le début de la guerre menée par la Russie contre l’Ukraine le 24 février dernier, l’approvisionnement mondial en pétrole a été gravement perturbé et les cours ont atteint des seuils records depuis 2014.

* Traduit de l’arabe par Mounir Bennour.