Les attaques terroristes chutent, mais le Pakistan «n’est pas sorti de l’auberge»

Par KATHY GANNON – Dans cette photo d’archive du 29 septembre 2013, un Pakistanais portant un enfant se précipite hors du site d’une explosion peu de temps après l’explosion d’une voiture piégée à Peshawar, au Pakistan. Les attaques terroristes au Pakistan ont chuté de plus de 85% au cours de la dernière décennie. C’est une statistique bienvenue pour le pays, mais qui risque d’être éclipsée par les préoccupations internationales concernant ses efforts pour limiter le financement du terrorisme et les activités militantes persistantes qui pourraient tester tout futur accord de paix en Afghanistan. (Photo AP / Mohammad Sajjad, dossier)

Les attaques terroristes au Pakistan ont chuté de plus de 85% au cours de la dernière décennie. C’est une statistique bienvenue pour le pays, mais qui risque d’être éclipsée par les préoccupations internationales concernant ses efforts pour freiner le financement du terrorisme et les activités militantes persistantes qui pourraient tester tout futur accord de paix dans l’Afghanistan voisin.

Le décompte, établi par des groupes de réflexion pakistanais, a révélé que les attaques terroristes étaient passées de près de 2000 en 2009 à moins de 250 en 2019, une baisse constante qui souligne la nature à long terme de la lutte contre le terrorisme.

Mais un chien de garde international basé à Paris a déclaré en octobre que le Pakistan ne faisait pas assez pour arrêter le financement du terrorisme. Le groupe se réunira le mois prochain pour décider si le pays doit passer d’un statut «gris» à «noir», aux côtés de l’Iran et de la Corée du Nord, une étape qui pourrait poser un défi à l’économie pakistanaise.

Les groupes militants du Pakistan sont souvent liés à ceux qui traversent la frontière en Afghanistan, de sorte que ses progrès dans la lutte contre le terrorisme sont essentiels, en particulier alors que Washington cherche à conclure un accord avec les talibans afghans pour mettre fin à la guerre de 18 ans, la plus longue armée américaine. engagement.

«La forte diminution de la violence terroriste, que nous avons commencé à constater en 2014, est tout simplement remarquable», a déclaré Michael Kugelman, directeur adjoint du programme Asie au Wilson Center de Washington. Mais, a-t-il averti, « le Pakistan n’est certainement pas encore sorti du bois. »

L’année dernière, le Groupe d’action financière, ou GAFI, le chien de garde qui surveille le financement du terrorisme, a déclaré que le Pakistan n’avait pleinement mis en œuvre qu’un seul élément d’une liste de 40 mesures pour freiner le financement du terrorisme et le blanchiment d’argent. Les 39 autres mesures ont été soit partiellement mises en œuvre, soit dans certains cas totalement ignorées.

Si le Pakistan est mis sur liste noire, chaque transaction financière serait examinée de près et faire des affaires avec le pays deviendrait coûteux et lourd. Les responsables pakistanais disent qu’ils travaillent pour répondre aux demandes du groupe de travail et espèrent éviter une liste noire lors de la réunion cruciale de Paris en février.

Plus tôt ce mois-ci, le ministre pakistanais des Affaires économiques a tenu une réunion préliminaire avec une filiale régionale du GAFI pour plaider en faveur de son retrait de la liste dite « grise ».

L’armée et les services secrets pakistanais sont depuis longtemps accusés par Washington, ainsi que par les voisins du Pakistan, de soutenir certains militants tout en en attaquant d’autres. Au cours des deux dernières décennies, les administrations américaines successives ont pressé Islamabad de réprimer le terrorisme. Le Pakistan fait état de ses plus de 4 000 pertes militaires depuis le début de la soi-disant guerre contre le terrorisme en 2001 – plus que les morts américaines et de l’OTAN réunies – comme preuve de son engagement.

Au cours de la dernière décennie, le Pakistan a accueilli un large éventail de groupes militants aux motivations multiples et parfois superposées. Certains ont ciblé le gouvernement ou déclenché des bombardements et des attaques horribles contre les minorités religieuses du pays. D’autres sont liés à des organisations militantes anti-américaines en Afghanistan ou ont concentré leurs attaques sur l’Inde, le rival historique du Pakistan, en particulier dans la région contestée du Cachemire.

Depuis le début de l’année dernière, le Pakistan a interdit 66 organisations déclarées terroristes ou groupes de soutien au terrorisme et répertorié environ 7 600 personnes en vertu de sa loi antiterroriste.

Dans une décision étonnamment dure, un tribunal a prononcé la semaine dernière des peines de prison de plus de 55 ans à des dizaines d’extrémistes qui ont détruit des voitures et des vitrines pour protester contre l’acquittement d’une chrétienne accusée de blasphème.

Le Premier ministre pakistanais Imran Khan a promis une «tolérance zéro» pour les extrémistes après que plusieurs ont attaqué un sanctuaire sikh au début du mois dans la province du sud du Pendjab.

Pourtant, les groupes et les idéologies extrémistes trouvent toujours un terrain fertile au Pakistan.

Des organisations basées au Pakistan comme Lashkar-e-Taiba ou Jaish-e-Mohammed, qui ont revendiqué la responsabilité d’un attentat-suicide l’année dernière dans la partie sous contrôle indien du Cachemire, n’ont été interdites que pour être ressuscitées sous de nouveaux noms.

«La radicalisation et le terrorisme restent des menaces très réelles, même si les principaux auteurs de terrorisme sont devenus des ombres d’eux-mêmes», a déclaré Kugelman.

Amir Rana, directeur exécutif de l’Institut pakistanais d’études pour la paix basé à Islamabad, l’un des groupes qui a publié un rapport sur la diminution des attaques, a déclaré que la baisse était révélatrice de la nature à long terme de la lutte contre le terrorisme et de ceux qui le perpétrent. Il a déclaré que cela impliquait des années de surveillance, des offensives militaires de lutte contre le terrorisme et une stratégie de lutte contre le terrorisme qui cherche à identifier et à limiter le financement.

Le Pakistan a encore du chemin à parcourir pour apporter les changements institutionnels nécessaires pour freiner le financement du terrorisme et les groupes militants toujours en activité, a déclaré Rana. Moins de 1% des Pakistanais paient des impôts, les revenus sont systématiquement sans papiers et le soi-disant système hawala d’envoi informel d’argent dans le monde entier continue de prospérer, ce qui nuit aux efforts visant à limiter le financement du terrorisme.

Le succès du Pakistan dans la lutte contre le terrorisme est essentiel au milieu des tentatives américaines de mettre fin à la guerre en Afghanistan et de retirer les troupes américaines.

Le président Donald Trump a exprimé à plusieurs reprises son désir de ramener chez lui les quelque 13 000 soldats américains toujours en Afghanistan et, en novembre dernier, a donné à son envoyé pour la paix, Zalmay Khalilzad, le feu vert pour reprendre les pourparlers avec les talibans. La semaine dernière, le groupe insurgé a remis à Khalilzad une offre de cessez-le-feu de sept à dix jours, ce qui pourrait ouvrir la voie au retrait des troupes américaines et relancer les négociations de paix entre les Afghans des deux côtés du conflit.

Khalilzad a déclaré précédemment que tout accord obligerait les talibans à abandonner des groupes terroristes comme al-Qaida avec lesquels ils ont des liens de longue date qui, selon certains analystes, pourraient s’avérer difficiles à rompre.

Des liens lient encore les groupes militants opérant entre le Pakistan et l’Afghanistan, selon Abdullah Khan, de l’Institut pakistanais d’études sur les conflits et la sécurité, qui a également publié un rapport documentant le déclin des attaques au Pakistan.

Al-Qaida dans le sous-continent indien, qui a émergé en 2014 en tant que rival de la filiale de l’État islamique qui a ouvert ses portes en Afghanistan la même année, pourrait être considérablement dégradée, mais elle possède toujours des cellules au Pakistan et en Afghanistan, tout comme IS.

Plus tôt ce mois-ci, 15 personnes, dont un policier traquant des militants, sont décédées dans une attaque contre une mosquée dans la province du Baluchistan, dans le sud-ouest du Pakistan, dont la filiale de l’EI a revendiqué la responsabilité.

Le mois dernier, la police a fait une descente dans le refuge d’une cellule d’ al-Qaida dans le sous-continent indien qui venait de s’installer dans la ville du Gujranwala, au Punjab, depuis la ville portuaire de Karachi, dans le sud du pays. Ils ont découvert une mine de documents, d’armes et de matériel de propagande.

Une fiche d’accusation de la police vue par l’Associated Press a déclaré que les cinq hommes qui avaient été arrêtés « possédaient des armes, des vestes de suicide, du matériel de haine, un ordinateur portable, une machine à imprimer, du matériel d’impression, etc. et des fonds et des reçus pour atteindre les objectifs organisationnels d’al-Qaida ».

Le document de la police a ensuite déclaré que la cellule envoyait de l’argent à al-Qaida dans la branche du sous-continent indien en Afghanistan.


No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.