Le président turc adresse ses félicitations au premier ministre pakistanais nouvellement élu

La Turquie continuera à soutenir le Pakistan comme elle l’a toujours fait jusqu’à présent, a déclaré Recep Tayyip Erdogan à Shehbaz Sharif lors d’un entretien téléphonique

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a adressé, lundi, lors d’un entretien téléphonique, ses félicitations au nouveau Premier ministre pakistanais Shehbaz Sharif.

Selon la Direction des communications de la présidence turque, Erdogan a appelé Sharif après sa prestation de serment.

Sharif a prêté serment, lundi, après que l’ancien Premier ministre Imran Khan a été évincé par un vote de défiance qu’il a en vain tenté de contrecarrer. Imran Khan a maintenu qu’il était victime d’un complot des États-Unis visant à le destituer.

Erdogan a souhaité que les résultats de ces élections soient bénéfiques pour le peuple ami et frère du Pakistan. Il a déclaré qu’ils suivaient de près les développements au Pakistan, pays auquel la Turquie est liée par de profondes relations historiques, d’amitié et de fraternité.

Il a également souligné que le Pakistan n’a pas renoncé à la démocratie et à l’État de droit, malgré tous les défis et les difficultés auxquels il a été confronté. Il a ajouté que la Turquie est prête à apporter tout type de soutien au Pakistan, comme elle l’a toujours fait jusqu’à présent.

Shehbaz Sharif, frère cadet de l’ancien Premier ministre Nawaz Sharif et candidat commun de la coalition d’opposition, a obtenu 174 voix à la Chambre basse du Parlement pakistanais, qui compte 342 membres.

Un minimum de 172 voix était nécessaire pour obtenir une majorité simple au Parlement.

L’adversaire de Sharif, l’ancien ministre des affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi, qui était le candidat du parti Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI) du premier ministre évincé, a boycotté cette élection après la décision de son parti de se retirer du parlement.

Le Premier ministre évincé, Khan, et plus de 120 députés du PTI ont annoncé qu’ils démissionnaient du Parlement et qu’ils allaient  » affronter le gouvernement importé dans la rue « .

Ces démissions ne seront toutefois effectives que lorsque le président de l’Assemblée nationale les aura acceptées, en vertu de la Constitution du pays.

Dilara Hamit, Handan Kazancı  *Traduit de l’Anglais par Mourad Belhaj