Le Premier ministre sri-lankais démissionne après des semaines de manifestations

Des heurts ont éclaté lundi matin entre les partisans et les opposants au gouvernement.

Le Premier ministre sri-lankais Mahinda Rajapaksa a démissionné, lundi, à la suite de violents affrontements entre ses partisans et des manifestants antigouvernementaux, devant le bureau du Président Gotabaya Rajapaksa, dans la capitale, Colombo.

Le porte-parole du gouvernement a déclaré que Mahinda, 76 ans, avait envoyé sa lettre de démission à son frère, le Président Rajapaksa, frayant la voie à la formation d’un « nouveau gouvernement d’unité », a rapporté l' »Associated Press ».

Plus tôt, lundi, la police sri-lankaise avait annoncé un couvre-feu dans la capitale, sur fond d’affrontements entre manifestants anti et pro-gouvernementaux, qui ont fait environ 78 blessés.

Des unités sécuritaires et militaires ont été déployées, lundi, dans la capitale sri-lankaise Colombo, pour faire face aux heurts entre partisans et opposants au gouvernement, qui réclament la démission du Président Rajapaksa.

L’agence de presse américaine a indiqué que des partisans du Président Rajapaksa « ont attaqué avec des bâtons et des matraques » les manifestants en sit-in devant son bureau, depuis le 9 avril.

La police a tiré des bombes lacrymogènes et a fait usage de canons à eau pour contrôler la situation.

Dans ce contexte, l’ambassadrice américaine à Colombo, Julie Chang, a condamné le recours à la « violence » contre des manifestants dans la capitale sri-lankaise, rapporte la chaîne américaine « Al-Hurra ».

Mennatallah H. H. M. Said A. *Traduit de l’arabe par Wejden Jlassi