La Chine, « en guerre contre le terrorisme »,déracine les familles, selon des données divulguées

Par DAKE KANG

Pendant des décennies, l’imam ouïghour a été le soutien de sa communauté agricole dans l’extrême ouest de la Chine. Le vendredi, il prêchait l’islam comme religion de paix. Le dimanche, il soignait gratuitement les malades avec des plantes médicinales. En hiver, il achetait du charbon pour les pauvres.

Il y a trois ans, un programme de détention de masse du gouvernement chinois a été imposé à la région natale de Memtimin Emer. Cet imam réputé a donc été arrêté et enfermé, avec ses trois fils à la suite de cela.

Récemment, une base de données révélée il y a peu, expose de manière extrêmement détaillée les principales raisons des détentions d’Emer, de ses trois fils et de centaines d’autres dans le comté de Karakax.

La base de données obtenue par l’organisme ‘ »Associated Press » dresse le profil de 311 personnes ayant des parents à l’étranger et répertorie des informations sur plus de 2 000 de leurs proches, voisins et amis. Chaque fichier comprend le nom, l’adresse, le numéro d’identité national, la date et le lieu de détention du détenu, ainsi qu’un dossier détaillé sur sa famille, ses antécédents religieux et de voisinage, le motif de sa détention et une décision de libérer ou non. Publié au cours de la dernière année, les documents n’indiquent pas quel ministère les a compilé ni pour qui.

Dans l’ensemble, les informations offrent une vue exhaustive et personnalisée sur la façon dont les responsables chinois ont décidé qui entre et qui sort des camps de détention, dans le cadre d’une répression massive qui a enfermé plus d’un million de gens issus de minorités ethniques et dont la plupart sont des les musulmans.

La base de données souligne que le gouvernement chinois s’est concentré sur la religion comme motif de détention – et non sur l motif de l’extrémisme politique, comme le prétendent les autorités. Ils répertorient des activités ordinaires telles que la prière, la fréquentation d’une mosquée ou même la longueur de la barbe. Les personnes ayant des proches détenus sont beaucoup plus susceptibles de se retrouver elles-mêmes dans un camp, déracinés et criminalisés comme Emer et des familles entières.

En Outre, pour leur libération, les antécédents familiaux et l’attitude sont des facteurs plus important que le comportement des détenus .

«Il est très clair que la pratique religieuse est ciblée», a déclaré Darren Byler, un chercheur de l’Université du Colorado qui étudie l’utilisation des technologies de surveillance au Xinjiang. «Ils veulent fragmenter la société, séparer les familles et les rendre beaucoup plus vulnérables au recyclage et à la rééducation.»

Le gouvernement régional du Xinjiang n’a pas répondu aux courriers qui demandaient des explications sur ce sujet. Interrogé pour savoir si le Xinjiang vise les religieux et leurs familles, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Geng Shuang, a déclaré que « ce genre de bêtises ne mérite pas d’être commenté ».

Pékin a déclaré auparavant que les centres de détention sont destinés à une formation professionnelle volontaire et qu’il ne fait aucune discrimination fondée sur la religion.

La Chine a lutté pendant des décennies pour contrôler le Xinjiang, où les Ouïghours indigènes ont longtemps éprouvé un ressentiment envers le gouvernement autoritaire de Beijing. Avec les attentats du 11 septembre aux États-Unis, les responsables ont commencé à utiliser le spectre du terrorisme pour justifier des restrictions religieuses plus dures, affirmant que les jeunes Ouïghours étaient sensibles à l’extrémisme islamique.

Après que des militants ont déclenché des bombes dans une gare de la capitale du Xinjiang en 2014, le président Xi Jinping a lancé une soi-disant «guerre populaire contre le terrorisme», transformant le Xinjiang en un État policier numérique .

Une fuite de cette base de données vers la communauté ouïghour en exil, aura permis de publier en novembre un plan détaillé sur le fonctionnement réel du système de détention de masse. Le plan obtenu par le Consortium international des journalistes d’investigation, qui comprend l’AP, a montré que les centres sont en fait des camps de rééducation idéologique et comportementale tenus en secret. Une autre série de documents divulgués au New York Times a révélé le début historique de la détention de masse.

La dernière série de documents provient de sources de la communauté ouïghour en exil, et la date la plus récente est mars 2019. Les détenus répertoriés viennent du comté de Karakax, une colonie traditionnelle d’environ 650 000 habitants en bordure du désert de Taklamakan au Xinjiang, où plus de 97 % des résidents sont ouïghours. La liste a été corroborée par des entretiens avec d’anciens résidents de Karakax, des outils de vérification de l’identité chinoise, d’autres listes et documents vus par l’AP.

Les détenus et leurs familles sont suivis et classés par catégories rigoureuses et bien définies. Les ménages sont désignés comme «dignes de confiance» ou «non dignes de confiance», et leurs attitudes sont classées comme «ordinaires» ou «bonnes». Les familles évoluent dans une atmosphère religieuse «légère» ou «lourde», et la base de données tient compte du nombre de proches de chaque détenu enfermé en prison ou envoyé dans un «centre de formation».

Les fonctionnaires ont utilisé ces catégories pour déterminer le degré de suspicion d’une personne – même si elle n’avait commis aucun crime.

«Cela souligne la mentalité de chasse aux sorcières du gouvernement et la façon dont le gouvernement criminalise tout», a déclaré Adrian Zenz, expert des centres de détention et chercheur principal à la « Victims of Communism Memorial Foundation » à Washington DC.

Les raisons énumérées pour l’internement comprennent «une infection religieuse mineure», «dérange d’autres personnes en leur rendant visite sans raison», «des parents à l’étranger», «la pensée est difficile à comprendre» et «une personne indigne de confiance née dans une certaine décennie». Le dernier semble se référer aux hommes plus jeunes; selon une analyse des données réalisée par Zenz, environ 31 % des personnes considérées comme «non fiables» étaient dans la tranche d’âge de 25 à 29 ans.

Lorsque l’ancien étudiant Abdullah Muhammad a repéré le nom d’Emer sur la liste des détenus, il était bouleversé.

« Il ne méritait pas cela », a déclaré Muhammad. «Tout le monde l’aimait et le respectait. C’était le genre de personne qui ne pouvait pas garder le silence contre l’injustice. »

Même dans le comté de Karakax, célèbre pour ses intellectuels et ses universitaires, Emer s’est distingué comme l’un des enseignants les plus renommés de la région. Muhammad a étudié le Coran sous Emer pendant six ans quand il était enfant, le suivant de maison en maison dans le but d’esquiver les autorités. Muhammad a déclaré qu’Emer était tellement respecté que la police lui téléphonait à l’avance pour l’avertir avant de faire une descente durant ses cours dans sa modeste maison à un seul étage fait de briques et de boue.

Bien qu’Emer ait donné des sermons approuvés par le Parti, il a refusé de prêcher la propagande communiste, a déclaré Muhammad, finissant par avoir des ennuis avec les autorités. Il a été destitué de sa fonction d’imam et interdit d’enseigner en 1997, au milieu de troubles agitant la région.

Lorsque Muhammad a quitté la Chine pour l’Arabie saoudite et la Turquie en 2009, Emer gagnait sa vie en tant que docteur en médecine traditionnelle. Emer trop vieux et sous haute surveillance avait cessé d’assister aux rassemblements religieux.

Cela n’a pas empêché les autorités de détenir l’imam, qui est âgé de quatre-vingt ans, et de le condamner pour diverses accusations pouvant aller jusqu’à 12 ans de prison en 2017 et 2018. La base de données cite quatre accusations dans diverses entrées: agitation terroriste, agissant comme un imam «sauvage» non autorisé, suivant la stricte secte wahhabite saoudienne et menant des enseignements religieux illégaux.

Mohammed a qualifié les accusations de fausses accusations. Emer avait cessé de prêcher, il pratiquait plutôt un islam d’une secte modérée de l’islam d’Asie centrale plutôt que du wahhabisme et n’avait jamais rêvé de blesser les autres, encore moins d’attiser le «terrorisme», a déclaré Muhammad.

« Il prêchait toujours contre la violence », a expliqué Muhammad. «Quiconque le connaissait peut témoigner qu’il n’était pas un extrémiste religieux.»

Aucun des trois fils d’Emer n’avait été reconnu coupable d’un crime. Mais la base de données montre qu’au cours de l’année 2017, tous ont été jetés dans les camps de détention pour avoir trop d’enfants, essayer de voyager à l’étranger, être «indignes de confiance» ou «suspecté d’extrémisme religieux», ou se rendre au Hajj, le pèlerinage musulman à la ville sainte de La Mecque. Cela montre également que leur relation avec Emer et leur appartenance religieuse étaient suffisantes pour convaincre les responsables qu’ils étaient trop dangereux pour sortir des camps de détention.

«Son père lui a appris à prier», note une entrée pour son aîné, Ablikim Memtimin.

«L’atmosphère religieuse de sa famille est épaisse. Nous lui recommandons (Emer) de continuer sa formation », explique une autre entrée pour son plus jeune fils, Emer Memtimin.

Même un voisin a été condamné car vivant trop près de lui, les crimes présumés d’Emer et la peine de prison ont été enregistrés dans le dossier du voisin.

La base de données indique qu’une grande partie de ces informations sont collectées par des équipes de cadres envoyés dans les mosquées, pour visiter les maisons et surveiller la communauté. Ces informations sont ensuite compilées dans un dossier appelé les «trois cercles», englobant leurs proches, leur communauté et leurs origines religieuses.

Ce n’était pas seulement les religieux qui étaient détenus. La base de données montre que les responsables de Karakax ont également explicitement ciblé des personnes pour des activités telles que se rendre à l’étranger, obtenir un passeport ou installer un logiciel étranger.

Selon la base de données, le pharmacien Tohti Himit a été détenu dans un camp pour s’être rendu à plusieurs reprises dans l’un des 26 pays «clés», majoritairement musulmans. L’ancien employé Habibullah, qui est maintenant en Turquie, a rappelé que Himit était un homme laïque, gentil, riche et qui ne portait pas de barbe.

« Il n’était pas très pieux, il n’est pas allé à la mosquée », a expliqué Habibullah, qui a refusé de donner son prénom par crainte de représailles contre sa famille toujours en Chine. «J’ai été choqué par l’absurdité des raisons de la détention.»

La base de données indique que des cadres ont découvert que Himit avait assisté aux funérailles de son grand-père dans une mosquée locale le 10 mars 2008. Plus tard cette année-là, les cadres ont découvert qu’il était retourné dans la même mosquée, une fois pour adorer et une fois pour célébrer un festival. En 2014, il s’était rendu dans la province d’Anhui, dans le centre de la Chine, pour obtenir un passeport et partir à l’étranger.

Le gouvernement a conclu que cela suffisait à démontrer que Himit était «certainement dangereux». Ils ont ordonné à Himit de rester au centre et de «continuer l’entraînement».

Emer est maintenant assigné à résidence en raison de problèmes de santé, a appris son ancien élève, Mohammed. On ne sait pas où sont les fils d’Emer.

C’est le courage et l’entêtement de l’imam qui l’ont fait entrer, a déclaré Muhammad. Bien que privé de sa mosquée et de son droit d’enseigner, Emer a tranquillement défié les autorités pendant deux décennies en restant fidèle à sa foi.

« Contrairement à certains autres érudits, il ne s’est jamais soucié de l’argent ou de tout ce que le Parti communiste pouvait lui donner », a déclaré Muhammad. « Il ne s’est jamais incliné devant eux – et c’est pourquoi ils ont voulu l’éliminer. »

____

Cette photo du dimanche 16 février 2020 montre les détails d’une impression d’une base de données divulguée obtenue par l’Associated Press. Le texte se lit comme suit: « Cercle familial: total des parents 11, 2 emprisonnés, 1 envoyé en formation, Père: Memtimin Emer … condamné à 12 ans, est maintenant dans le centre de formation de l’ancienne école professionnelle. » La base de données offre la vue la plus complète et la plus personnelle à ce jour sur la façon dont les responsables chinois ont décidé de libérer ou non les détenus des camps de détention, dans le cadre d’une répression massive qui a enfermé plus d’un million de minorités ethniques, pour la plupart musulmanes. (Photo AP)