France / Présidentielle : 66% des électeurs de Mélenchon refusent de voter pour Macron a second tour

Quelque 66,61% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon refusent de voter pour Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle pour faire barrage à l’extrême droite selon les résultats d’une consultation rendue publique par le parti La France insoumise, dimanche.

En effet, d’après les conclusions de ce rapport, 310 000 personnes qui avaient soutenu Jean-Luc Mélenchon jusqu’au soir du premier tour ont été consultées pour avis sur le comportement à adopter au second tour.

Ainsi, selon ces résultats, 215 292 ont participé à la consultation et seulement 33,40% d’entre eux ont indiqué qu’il fallait voter pour le président sortant.

En revanche, 37,65% ont suggéré de voter blanc ou nul et 28,96% ont indiqué qu’ils allaient s’abstenir.

Le total des personnes qui refusent de voter pour Macron atteint donc 66,61% des participants.

Un score qui semble élevé au vu du nombreux messages de la part d’Emmanuel Macron en faveur des électeurs de La France Insoumise (LFI).

« Emmanuel Macron drague les électeurs de gauche », alors « pourquoi ne nomme-t-il pas directement Mélenchon comme Premier ministre ?», s’interroge d’ailleurs le journaliste Jean-Michel Aphatie.

Le Canard Enchainé avait révélé, mercredi dernier, que le président Macron et Mélenchon avaient échangé par SMS au soir du premier tour. « J’ai clairement pris position contre Le Pen. À vous, maintenant, de donner des signes clairs à nos électeurs pour leur permettre de bouger », avait écrit Mélenchon à son interlocuteur selon le journal.

En effet, Jean-Luc Mélenchon avait affirmé dès soir du premier tour « qu’il ne fallait pas donner une seule voix à Le Pen ».

– Pas de consigne de vote

« Le résultat de cette consultation n’est pas une consigne donnée à qui que ce soit. Chacun conclura et votera en conscience, comme il l’entend », conclut pourtant le communiqué qui annonce les résultats de la consultation.

Même si le président de La France Insoumise répète que le président sortant Macron et Le Pen ne sont pas « la même chose », lors de la présentation de la consultation il avait affirmé : « c’est pourquoi j’ai dit et je répète que pas une voix ne devrait se porter sur la candidate d’extrême droite. Cela me parait être un avis public suffisant ».

Pour le leader de LFI, « aller au-delà serait abuser de la confiance que les électeurs lui ont portée ». Une fois de plus, il a répété qu’il ne « donnerai donc pas d’autre « consigne », ni aux participants de la consultation ni aux 7,7 millions d’électeurs », car il n’a pas le « mandat ».

Pour rappel, d’après les résultats officiels publiés par le ministère de l’Intérieur, le président sortant, Emmanuel Macron a obtenu 27,85% alors que sa concurrente Marine Le Pen est à 23,15%.

Arrivé en troisième position avec 21,95% des votants, Jean-Luc Mélenchon se place en arbitre puisque tous les autres candidats sont arrivés en dessous des 5% sauf Eric Zemmour, qui soutient Marine Le Pen, a obtenu 7,07%.

Fatih KARAKAYA