« Nous soutenons un accord d’échange des prisonniers » disent les familles des détenus Israéliens à Gaza

Les familles des captifs israéliens détenus par le mouvement Hamas à Gaza, ont exprimé leur soutien à un accord d’échange de tous les prisonniers palestiniens contre tous les captifs israéliens. L’information a été relayée par les médias hébreux suite à un communiqué officiel indiquant que la conclusion d’un tel accord bénéficierait d’un « large soutien national ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été informé par ces familles de leur position, soulignant l’urgence d’un accord pour garantir la sécurité de leurs enfants. « Nous avons clairement fait savoir à Netanyahu qu’il devrait considérer l’accord pour le retour immédiat des prisonniers, en échange de tout le monde pour tout le monde » a indiqué le communiqué.

Le sentiment d’urgence et d’inquiétude chez les familles s’est intensifié, alors que trois semaines se sont écoulées sans nouvelle de leurs enfants. « Nous avons tous entendu parler de l’entrée des chars et nous avons tous peur » affirment ces dernières. Le porte-parole des Brigades al-Qassam, la branche militaire du mouvement Hamas, a affirmé être prêt à négocier la libération des prisonniers.

Plus tôt dans la journée, Netanyahu a rencontré des représentants des prisonniers israéliens, affirmant que « le gouvernement fera tout son possible pour rendre leurs enfants ». Dans le même contexte, les familles ont appelé « à éviter toute action militaire qui pourrait mettre en danger le sort de nos enfants ».

L’affaire des prisonniers s’est intensifiée depuis le 7 octobre dernier, quand plus de 220 Israéliens ont été capturés par le Hamas, parmi lesquels se trouvaient des militaires de haut rang. Le mouvement palestinien souhaite échanger ses captifs contre plus de 6 000 prisonniers palestiniens, dont des femmes et des enfants.

Cela survient alors qu’Israël mène une opération militaire, surnommée « Épées de fer », contre la bande de Gaza depuis 22 jours. Cette offensive a rasé des quartiers entiers et a fait 7 703 victimes Palestiniennes, dont 3 195 enfants et 1 863 femmes, en plus de 19 743 blessés à des degrés divers.

Said Amori  * Traduit de l’arabe par Mounir Bennour.