CAN 2021 : le Cameroun réussit ses débuts

Le pays organisateur de la CAN a remporté dimanche le match d’ouverture contre le Burkina Faso (2-1).

Le Cameroun a réussi son entrée dans la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2021 en s’imposant contre le Burkina Faso devant son public de Yaoundé, grâce а un doublé de Vincent Aboubakar (40e, 45e+3) sur pénalty.

Les « Lions indomptables » prennent ainsi provisoirement la tête du groupe A, en attendant la rencontre entre l’Éthiopie et le Cap-Vert prévue plus tard dimanche dans la soirée.

La magnifique ambiance et les festivités qui ont commencé au Cameroun, dimanche, augurent d’une compétition haute en couleurs.

Pays hôte de la CAN 2021, le Cameroun a réussi, après plusieurs reports, son entrée en lice dans la compétition dont la tenue était restée incertaine jusqu’à la fin de l’année écoulée du fait du contexte sanitaire et sécuritaire dans le pays.

Tous les supporters qui veulent assister aux matchs, devront être entièrement vaccinés contre la Covid-19 et présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures ou un test antigénique de moins de 24 heures.

La vague du variant Omicron, apparue en Afrique du sud, constituait un immense défi sanitaire pour les organisateurs, dans la mesure où cet événement sportif draine un grand public, venu des quatre coins du continent.

« Les contrôles ont été renforcés pour les spectateurs pour le match d’ouverture et ils vont se poursuivre pour les autres rencontres jusqu’à la fin de la CAN », a indiqué à l’Agence Anadolu le ministre camerounais de la Santé.

Des menaces sécuritaires pèsent également sur le Cameroun qui a attendu 50 ans pour organiser cette CAN.

Ces menaces viennent tout d’abord des régions anglophones au Sud-Ouest et du Nord-Ouest du Cameroun, où pendant cinq ans, des groupes armés séparatistes indépendantistes mènent une guérilla contre le pouvoir central.

Pour cette CAN 2021, certains groupes armés ont averti de perturber la compétition et envoyé des lettres de menaces aux équipes du Groupe F composé des équipes telles que la Tunisie, le Mali, la Mauritanie et la Gambie, qui vont jouer leurs matchs dans la ville de Limbé, station balnéaire du Sud-Ouest du pays.

Dans une déclaration le vendredi 7 janvier, l’ONG International Crisis Group (ICG) a préconisé un cessez-le-feu entre les parties en conflit à l’occasion de cette grand’messe du football africain.

Elle s’est inquiétée des positions affichées ces derniers jours par chacune des parties, avec d’un côté les miliciens séparatistes qui ont annoncé leur intention de perturber la compétition afin de faire valoir leurs revendications, et de l’autre le gouvernement qui a réagi en imposant de sévères restrictions aux déplacements et aux associations dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Pour l’ONG, les deux parties s’obstinent à poursuivre une stratégie susceptible de leur nuire mutuellement.

« Les parties devraient mettre en place une approche radicalement différente : cesser les hostilités pendant toute la durée de la Coupe. Avec un soutien diplomatique extérieur, une telle trêve pourrait constituer la première étape du rétablissement de la confiance et de l’ouverture de négociations entre les autorités et les dirigeants séparatistes après des années d’effusion de sang », a argumenté ICG.

Lassaad Ben Ahmed / Yaoundé / Peter Kum