Au mépris des sanctions américaines : L’Iran et le Venezuela signent un accord vicennal

L’Iran et le Venezuela cherchent à étendre leur coopération à l’occasion de la visite du président Nicolas Maduro à Téhéran

L’Iran et le Venezuela ont signé, samedi, un accord de coopération vicennal (s’étalant sur 20 ans), lors de la visite du président Nicolas Maduro à Téhéran.

L’accord prévoit une coopération entre les deux pays frappés par des sanctions dans les domaines du pétrole, de la pétrochimie, de la science et de la technologie, de l’agriculture, du tourisme et de la culture.

Lors de la cérémonie de signature qui a suivi des entretiens approfondis, le président iranien Ebrahim Raïssi a qualifié de « stratégiques » les relations entre Téhéran et Caracas, affirmant que l’accord à long terme est la manifestation de la volonté des deux pays de développer leur coopération.

Soulignant le potentiel de leurs relations bilatérales, le président iranien a déclaré que les deux parties avaient étendu leur coopération dans les domaines de l’énergie, de l’énergie thermique, de la fourniture de carburant aux raffineries du Venezuela et de l’exportation de services techniques.

Il a également annoncé le lancement de liaisons aériennes directes entre Téhéran et Caracas, ce qui, selon lui, constitue une base de coopération entre les deux pays et peut renforcer leurs liens commerciaux.

Raïssi a salué le pays d’Amérique du Sud pour ce qu’il a appelé une « résistance exemplaire » aux sanctions américaines, affirmant que l’Iran cherche à renforcer ses liens avec les « pays indépendants ».

Les deux pays, qui subissent les sanctions paralysantes des États-Unis, ont renforcé leur coopération bilatérale ces dernières années, Téhéran envoyant de nombreuses cargaisons de brut à Caracas.

S’en prenant à Washington, le président Raïssi a déclaré que le porte-parole de la Maison Blanche avait récemment admis que leur politique de pression contre l’Iran avait « échoué lamentablement », ajoutant que le Venezuela avait également traversé des « années difficiles » en raison des sanctions américaines.

Nicolas Maduro, qui est arrivé vendredi à Téhéran dans le cadre de sa visite eurasienne, a déclaré que les deux parties entretenaient de bonnes relations et que l’Iran pouvait compter sur la coopération du pays latino-américain dans des domaines tels que l’énergie, le pétrole et le gaz, la pétrochimie et les raffineries.

Il a déclaré que le monde de l’avenir sera celui de « l’égalité et de la justice et de la résistance à l’impérialisme », dans une critique implicite de l’Occident.

Dans une interview accordée vendredi à la télévision d’État, le président Maduro a salué la décision de l’Iran d’envoyer des camions-citernes au Venezuela en dépit des sanctions américaines, déclarant que les deux pays « partagent des objectifs communs de lutte contre le colonialisme, l’impérialisme et le racisme ».

Nicolas Maduro a entamé cette tournée régionale, qui l’a également conduit en Türkiye et en Algérie, après avoir été mis à l’écart par l’administration Biden, qui ne lui a pas adressé d’invitation pour le Sommet des Amériques.

Syed Zafar Mehdi *Traduit de l’Anglais par Mourad Belhaj