Assassinat de Abu Akleh – Ottawa appuie une enquête « complète et approfondie »

Cette position concernant l’enquête au sujet de l’assassinat de la journaliste palestinienne a été affichée au cours d’un entretien de la MAE canadienne avec son homologue palestinien

Le Canada appuie une enquête complète et approfondie après l’assassinat de la journaliste palestinienne, Shireen Abu Akleh, souligne le ministère canadien des Affaires étrangères.

C’est ce qui ressort d’un communiqué mis en ligne, vendredi, par le ministère canadien des Affaires étrangères sur son site électronique.

Le communiqué rend compte d’un entretien qui a eu lieu entre la ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly, et son homologue palestinien, Riad Malki.

« La ministre Joly a réitéré les condoléances du Canada pour le meurtre de la journaliste palestino-américaine d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh », lit-on dans le communiqué.

La ministre, poursuit le texte, a souligné « l’appui du Canada à une enquête complète et approfondie, et l’importance de protéger les journalistes contre le mal et la violence sous toutes ses formes ».

Les deux ministres ont, par ailleurs, discuté de « l’importance de relations bilatérales et de liens interpersonnels solides entre Canadiens et Palestiniens ».

Joly et Malki ont évoqué leurs « préoccupations concernant les colonies, les expulsions et les démolitions » israéliennes en Territoires occupés, et de leurs impacts sur les perspectives de paix.

La ministre Joly a tenu réitérer « l’engagement continu du Canada envers une paix complète, juste et durable au Moyen-Orient, y compris la création d’un État palestinien vivant côte à côte avec Israël ».

La ministre canadienne a souligné, aussi, l’appui d’Ottawa au « statu quo sur les lieux saints à Jérusalem et au rôle spécial de la Jordanie ».

S’agissant de la Guerre en Ukraine, la ministre canadienne a souligné les « vastes répercussions de la guerre d’agression menée par Poutine en Ukraine, notamment la crise mondiale de la sécurité alimentaire, qui touche les populations les plus vulnérables du monde ».

Hatem Kattou